• votre commentaire
  • (Voir "La vie au jour le jour "un corps")

    Si je peux supporter l'idée qu'il soit plus fort,
    Pas dans les joies du cœur, mais dans les jeux du corps,
    Pour me désaltérer à la même fontaine,
    Si je peux rapprocher mon âme de la sienne,
    Si je sais te servir de ma beauté, ma belle,
    Et pour lui faire plaisir m'encombrer de dentelles,
    Si le goût de mes nuits a celui des baisers,
    Si je n'écoutes pas la voix des mal-aimées
    Qui voudraient à tout prix me citer comme témoin
    Au procès du tyran qui caresse ma main,
    Si j'ai bien compris que source de la vie,
    Je n'ai rien de commun avec qui la détruit,
    Si je remplis son cœur au fil de chaque jour,
    De ma tendre chaleur et de mes mots d'amour,
    Si je peux l'écouter quand il chante trop haut
    Et chanter avec lui pour que ce soit moins faux,
    Si je prends le pouvoir, certains soirs de rafale,
    Pour guider le bateau, cap sur la bonne étoile,
    Si je suis,
    Si je sais,
    Si je fais tout cela,
    Comme les milliards de femmes qui l'ont fait avant moi,
    Et si dans son bonheur, je vois le mien qui brille,
    Ce jour-là je serai une femme...


    votre commentaire
  • « L'amour est patient, l'amour est bon, il n'est pas envieux, il ne se vante pas, il n'est pas orgueilleux.

    L'amour ne fait rien de honteux, il n'est pas égoïste, il ne s'irrite pas, il n'éprouve pas de rancune.

    L'amour ne se réjouit pas du mal, mais il se réjouit de la vérité.

    L'amour permet de tout supporter, il nous fait garder en toute circonstance la foi, l'espérance et la patience."

    «  Les émotions : elles sont une source puissante d'énergie ; elles se moquent du temps et de la raison ; elles sont ce par quoi nous nous reconnaissons. Entre l'art, le créateur et son public, un seul lien existe : l'émotion. »

     

     « La joie a souvent un visage familier, un visage connu, un geste attendu, et c'est pour cela qu'on passe près d'elle sans l'apercevoir ou qu'on la confond avec sa doublure, la satisfaction.

    Chaque joie, petite ou grande, bâtit notre bonheur.  Il faudra donc la reconnaître quand elle est là, la retenir quand c'est possible, la rappeler quand elle nous a quitté.

    Mais cela n'est pas facile car, si la joie ressemble à l'enfant, c'est qu'elle en a la légerté et la fantaisie. Gratuite et fantasque, elle échappe à nos contraintes. Elle n'a pas de résultat, gain, profit mais don et grâce. Elle vient davantage de notre être que de notre action et pourtant, elle se laisse appeler par notre désir"


    1 commentaire

  • votre commentaire
  • Je l'ai trouvée devant ma porte,
    Un soir, que je rentrais chez moi.
    Partout, elle me fait escorte.
    Elle est revenue, elle est là,
    La renifleuse des amours mortes.
    Elle m'a suivie, pas à pas.
    La garce, que le Diable l'emporte !
    Elle est revenue, elle est là

    Avec sa gueule de carême
    Avec ses larges yeux cernés,
    Elle nous fait le cœur à la traîne,
    Elle nous fait le cœur à pleurer,
    Elle nous fait des mains blêmes
    Et de longues nuits désolées.
    La garce ! Elle nous ferait même
    L'hiver au plein cœur de l'été.

    Dans ta triste robe de moire
    Avec tes cheveux mal peignés,
    T'as la mine du désespoir,
    Tu n'es pas belle à regarder.
    Allez, va t-en porter ailleurs
    Ta triste gueule de l'ennui.
    Je n'ai pas le goût du malheur.
    Va t-en voir ailleurs si j'y suis !

    Je veux encore rouler des hanches,
    Je veux me saouler de printemps,
    Je veux m'en payer, des nuits blanches,
    A cœur qui bat, à cœur battant.
    Avant que sonne l'heure blême
    Et jusqu'à mon souffle dernier,
    Je veux encore dire "je t'aime"
    Et vouloir mourir d'aimer.

    Elle a dit : "Ouvre-moi ta porte.
    Je t'avais suivie pas à pas.
    Je sais que tes amours sont mortes.
    Je suis revenue, me voilà.
    Ils t'ont récité leurs poèmes,
    Tes beaux messieurs, tes beaux enfants,
    Tes faux Rimbaud, tes faux Verlaine.
    Eh ! bien, c'est fini, maintenant."

    Depuis, elle me fait des nuits blanches.
    Elle s'est pendue à mon cou,
    Elle s'est enroulée à mes genoux.
    Partout, elle me fait escorte
    Et elle me suit, pas à pas.
    Elle m'attend devant ma porte.
    Elle est revenue, elle est là,
    La solitude, la solitude...

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique